De tout façon je te vois pas. C’etait un jour ensoleillé. 
Tu disais ça, car j’étais en contre-jour et tu portais pas de lunettes de soleil. Je pense que c’est la phrase la plus honnête que tu m’aies dite. 
Si tu nous vois pas, il faut que j’efface ce qui témoigne de nous, il faut passer à l’acte. 
Détruire pour recommencer, autre parte avec autre chose. 

La trace sur l’objet, est, ce qui  rend l’objet un chez soi. 
Cette image était. Nous n’avons plus de chez nous. 

Effaçons les traces. L’instant unique et intime de destruction de ce souvenir, inaccessible au monde extérieur, car il avait été exécuté dans ma cuisine, peut-être gardé uniquement par la documentation. 

Voici l’instant avant la fin. La fin définitive. Nous ne nous sommes peut-être jamais vus. 

Maintenant ce que aurait pu rendre visible ce que nous avons vécu, n’existe plus. Les fichiers sont détruits et l’impression brulée, notre fin fait image.